logo
Start HIT, la webradio de Kedge BS
Accueil
share

Gramatik au Rocher de Palmer : Funky mais sans plus

Mercredi soir, le slovène Gramatik était au Rocher de Palmer pour un concert de près d’une heure trente. Entre bonne ambiance et longues minutes ennuyeuses, le concert nous a laissé dubitatifs.

 

gramatik-au-rocher-de-palmer--funky-mais-sans-plus-1447798654.jpg


C’est The Geek x The VRV qui ouvraient le bal : Révélés en 2013 avec le morceau It’s because et repérés par Gramatik en 2014, les deux français assurent toutes les premières parties françaises du DJ. Dès le début du concert, on comprend vite pourquoi The Geek x The Vrv ont signé sur le même label que Gramatik : musique electro mêlant hip hop et soul portée par un saxophoniste hyper présent sur les morceaux. Le public qui remplit peu à peu la salle répond avec enthousiasme et n’hésite pas à danser. Malheureusement, on est vite déçus : la set list manque de cohérence et la prestance scénique est uniquement rythmée par les rares passages – très bon cela dit – du saxophoniste devant les platines. Mais le groupe est jeune et doit encore trouver son identité sonore et visuelle, et on ne se fait pas d’inquiétude, au regard du concert qui a suivi. Sous l’aile de Gramatik, The Geek x The Vrv peuvent habilement surfer sur la même vague Glitch-hop qui déferle sur nos ondes ces deux dernières années.

 

 

Denis Jasarevic alias Gramatik et son guitariste entrent ensuite en scène pour un début de concert entrainant aux sons funk, jazz et soul avec des morceaux comme Just Jammin’ ou I’m doin’ my thang… Le public est relativement réceptif et suit volontier les gestes des deux musiciens.
A la manière du saxophone de The Greek x The Vrv, Andrew Block , le guitariste de Gramatik apporte la petite touche « naturelle » au son synthétisé que fournit Denis Jasarevic et n’hésite pas à se balader sur la scène pour quelques petits solos qui déchainent la foule. Visuellement, la scénographie est incroyable et permet au public d’occuper ses yeux : les musiciens derrière les platines, ça n’a jamais captivé personne. Les vidéos, tantôt kaléidoscopes psychédéliques, tantôt magnifiques plans spatiaux et terrestres rendent le concert aussi bon pour les yeux que pour les oreilles.

 

gramatik-au-rocher-de-palmer--funky-mais-sans-plus-1447799813.jpg

 

Du moins pendant les 50 premières minutes… Alors que le hip-hop funk dansant caractéristique de Gramatik faisait danser les bordelais, le concert a soudainement pris une tournure inattendue en s’embarquant sur la voie du DJ set dubstep brutal et ennuyeux, que le slovène avait prise en 2012 avec son EP Digital Freedom. Les morceaux – Fist up, 23 flavors ou Illision of choice - se ressemblent de plus en plus, des samples de We are Your Friend de Justice sortent de nulle part, et on endure difficilement le trop plein de basses. A 22h30 et après deux ou trois bières, le bordelais moyen est loin d’avoir envie de jumper comme à 4h sur la pelouse de Dour, surtout quand il n’est pas venu pour ça. Peu à peu, les premiers rangs se desserrent, délesté d’un public qui visiblement s’ennuie un peu…


Heureusement, la sauce Gramatik reprend une vingtaine de minute avant la fin du concert, avec le célèbre Hit that Jive. Malheureusement, le public, impatient d’entendre Muy Tranquilo, repart du concert bredouille, sans avoir entendu l’un de ses morceaux favoris.
On est franchement déçus d’un concert qui semblait prometteur. On a tendance à comparer Gramatik avec nos frenchies préférés de Chinese Man mais on se trompe : Gramatik fait désormais du Dubstep, et c’est bien dommage.

 

Publié par Mathilde Kawczynski le 18/11/2015 à 0h00

+ START HIT L'APPLICATION

+ VIDEO KILLED THE RADIO STAR