logo
Start HIT, la webradio de Kedge BS
Accueil
share

[Live Report] Coldplay en concert comme dans ton salon

Si on les savait programmés pour le Grand Journal le 9 décembre, on n’attendait pas les Britanniques de Coldplay en concert en France avant mai et la date prévue à Nice. Mais Coldplay aime n'en faire qu’à sa tête : quelle surprise pour les fans de voir apparaître sur le site du groupe, un concours leur permettant d’assister à un concert privé dans la sublime salle Wagram!  Start IT faisait partie des petits chanceux et vous raconte tout. 

-live-report-coldplay-en-concert-comme-dans-ton-salon-1449947763.jpg

 

Après la première partie inattendue et improvisée de l’humoriste Mathieu Madénian, invité par le groupe après leur rencontre le jour même sur le plateau du Grand Journal, avec une performance qui ne restera pas dans les mémoires, les choses sérieuses peuvent enfin commencer. Il est 20h35 et le groupe monte sur la scène de la salle Wagram, salle plus habituée à recevoir des orchestres de musique classique que des rock stars, mais l’effet n’en est que plus saisissant : plus habitués aux stades, c’est agréable d’avoir de nouveau l’occasion de voir les Britanniques dans un cadre plus intimiste.

La scène reprend les couleurs de leur nouvel album, A Head Full Of Dreams sorti une semaine auparavant, et c’est d’ailleurs la chanson éponyme qui ouvre le set. Les « oh oh » qui ponctuent le morceau sont fédérateurs et la chanson nous met tout de suite dans la fête : Coldplay est là pour nous faire oublier les derniers événements parisiens et nous faire passer un bon moment. Suit Paradise, que le public semble apprécier puisqu’il reprend le refrain sans qu’on ne lui demande et Clocks qui, malgré son ancienneté et sa célébrité, semble moins connue par nos voisins. Qu’importe, Fix You et sa fin grandiloquente sont là pour nous remettre sur les rails. On reprend ensuite avec l’album précédent, album qui s’était fait plus discret car pour une fois non conçu pour être joué dans des stades, et c’est Magic qui démarre. Pour un peu, on en aurait des frissons. Mais c’est sans compter Yellow. Ce tube intemporel finit de réveiller les plus endormis et on se met à sautiller gentiment en rythme.

Comme pour nous permettre de nous remettre un peu de nos émotions, le groupe enchaine avec la ballade Everglow, écrite en collaboration avec Gwyneth Paltrow. Si elle peut paraître émouvante, elle marquera peu les esprits par rapport à la prestation de Charlie Brown. On peut regretter un peu l’absence des « Xylobands », bracelets lumineux qui illuminaient les concerts lors de la tournée Mylo Xyloto, mais Chris Martin compense en nous faisant sauter partout avec une bonne humeur débordante. Et puis on voit la cloche annonciatrice de Viva La Vida s’avancer sur la droite de la scène et en effet on ne s’est pas trompé : le groupe montre que ce morceau est toujours aussi efficace pour remuer les foules. Les années ont beau passer, certaines choses ne s’oublient pas. Une dernière chanson avant les rappels, Adventure Of A Lifetime, le premier single en date, où Chris nous fait reprendre les chœurs, comme s’il avait anticipé que nous, français, n’aurions pas le temps d’apprendre les paroles en une semaine.

-live-report-coldplay-en-concert-comme-dans-ton-salon-1449947999.jpg 

 

Kaleidoscope, instrumentale où l’on peut entendre Barack Obama parler, nous fait patienter jusqu’au retour du groupe qui décide d’interpréter Hymn For The Weekend. Dans l’album on y entend la voix de Beyoncé : pour notre part se sera juste un enregistrement,  il ne faut quand même pas pousser le bouchon trop loin. Suit A Sky Full Of Stars et son rythme très clubesque, mais on appréciera un peu plus cette chanson grâce aux confettis blancs qui nous tombent dessus, comme autant de flocons de neige un soir de Noël. Le concert se termine avec la très jolie Up&Up qui met tout le monde d’accord.

Pendant un peu plus d’une heure, Coldplay nous ont livré un show qui s’apparente un peu à un best of de ce qu’ils font de mieux. Si l'on peut regretter un public assez mou, ce n'est en aucun cas de la faute du groupe qui donne tout ce qu'il a. De la bonne humeur en veux-tu, en voilà, un Chris Martin débordant d’énergie, toujours prêt à danser ou à interagir avec le public, et un décor pour le moins recherché. De son côté, Johnny n'est pas en reste niveau interactions et c'est avec un sourire qui reste tout au long du set qu'il nous servira ses riffs de guitare endiablés. Guy, fidèle à lui même, restera impassible et concentré sur sa basse tandis que Will continuera de nous rappeler que Coldplay ce n'est pas que des chansons douces.

Quelques mots en français pour nous dire au revoir et nous rappeler leur soutien, le groupe s'en va et il est temps pour de laisser la salle avec beaucoup d’adrénaline.

 

Merci à Claire Lefort pour les photos.

Publié par Alice ROZEC le 12/12/2015 à 20h00

+ START HIT L'APPLICATION

+ VIDEO KILLED THE RADIO STAR