logo
Start HIT, la webradio de Kedge BS
Accueil
share

Timal a embrasé Le Rocher De Palmer

Venant de La Réunion, l’une de nos belles îles de l’Ocean Indien, je peux difficilement être totalement objectif sur ce concert. Ce n’est qu’avec mes yeux et mes oreilles de jeunes « Créopolitains » que j’ai pu apprécier ce concert. Il faut savoir que Kalash n’a pas vraiment la même popularité en Métropole que dans les îles. Il est connu et reconnu depuis maintenant plusieurs années en Outre-Mer, ce qui n’est pas le cas ici.

 

Le titre de l'article est plutôt explicite cependant attardons-nous tout d'abord sur la remarquable performance de Leizy et de son groupe les Butterfly King en première partie du show. Ce jeune artiste autodidacte est l’un des rares rappeurs Français à manier aussi bien la langue de Molière que celle de Shakespeare. On ressent un fort penchant pour cette dernière, ce qui semble tout à fait logique à la vue de l’influence du Rap US dans le microcosme mondial du Hip-Hop. Du style, de la présence, un bon flow, du texte, une ressemblance significative à Tory Lanez et de l’agent chimique X ne font pas les Super Nana mais une très bonne première partie.

 

timal-a-embrase-le-rocher-de-palmer-1477138402.jpg

 

Il s’en est suivi une entracte qui fut particulièrement longue, nous nous sommes même demandés si le fameux Kalash ne s’était pas roulé quelques joints en l’honneur de l’idole de son père Bob Marley. Ce qui laissa les gyal dans un profond désespoir, elles extériorisent alors leur enthousiasme par des cris entrainant pour certaines des évanouissements (trois à noter avant même le début du show).

 


L’arrivée tonitruante du King Of Dancehall a totalement retourné la salle du Rocher de Palmer. Nous étions loin d’être dans le Sud-Ouest de la France, il nous expédia directement à des milliers de kilomètres dans nos îles respectives. Kalash bombarde un redoutable ragga-dancehall aux instrus Trap dnas une salle pleine à craquer pour l’accompagner à chaque son. Un gros Big Up à ses musiciens également qui ont fait du super boulot à remixer et à réarranger presque toutes ses chansons.

 

timal-a-embrase-le-rocher-de-palmer-1477138512.jpg

 

Kalash n’est plus le jeune Mwaka sorti du bando, il a réellement endossé le rôle de porte-parole de toute une jeunesse venant des îles. On pouvait le voir clairement ce soir-là, avec toutes les îles qui peuplaient le public. Il ne fallait pas s’étonner d’entendre : «Le 974 lé là» ou bien «Représente Guada» … Il représente non seulement sa propre île, la Martinique, mais l’Outre-Mer dans son ensemble.

 

Après avoir sur-idolâtré l’un de mes artistes préférés du moment - le petit check qu’il m’a octroyé au début du show en est sûrement pour quelque chose… - n’oublions pas notre côté critique et passons au moins bon. Pour avoir déjà assisté à un concert de Kalash à la Réunion, il a été comparativement un peu en deçà ce samedi soir à Bordeaux. Normalement c’est un phénomène qui n’hésite pas à se déchainer sur scène, or ici je l’ai trouvé relativement calme. Pourquoi ? Deux explications peuvent l’expliquer. Tout d’abord il faut savoir qu’il a sorti un album qui a très bien marché (Disque d’Or), son objectif étant atteint on peut supposer un certain creux après le tsunami.

La deuxième explication - et celle que je préfère - serait de dire que ses meilleurs concerts se font avant tout dans les îles. Là où le public est survolté et où chanter n’a pas la même signification. En effet, malgré les milliers de kilomètres qui séparent chaque île de France, nous avons une quelques même caractéristiques culturelles qui nous viennent de notre histoire commune : l’esclavage et le colonialisme. La seule façon d’être libre lors de ces sombres années était à travers la musique et la danse. Le Zouc, le Séga, le dancehall… sont des styles qui ont su s’étendre très facilement entre les îles car ils nous relient tous à nos origines. Kalash ici fait office de représentant du jeune d’Outre-Mer et tel un Tortank combattant dans l’Eau, sa présence est décuplée lorsqu’il se trouve dans son élément de prédilection. Pour preuve, le dernier concert de Kalash à la Réunion avait une telle attente, qu’il a été écourté après qu’une partie du public soit rentrée de force sur scène…

Quoiqu’il en soit, le King Of Dancehall mérite bien son nom et a fait winer plus d’un(e) dans la salle.

 

timal-a-embrase-le-rocher-de-palmer-1477138687.jpg

 

Ecrit par Loïc Benoit 

Publié par Coline Poidevin le 19/10/2016 à 14h00

+ START HIT L'APPLICATION

+ VIDEO KILLED THE RADIO STAR