logo
Start HIT, la webradio de Kedge BS
Accueil
share

La techno sombre de Chris Liebing a transporté le BT59

Activiste sonore depuis les années 90, Chris Liebing a multiplié les coups de maître en vingt-cinq années d’une carrière de DJ singulier, radio-mixeur persistant, producteur acéré, remixeur émérité.

Chris Liebing, grand nom de la scène techno allemande, peut être vu comme un pionnier en son genre. Après ses débuts à Francfort dans les années 90 ou il jouera tous les styles musicaux, du hip hop à la house en passant par la pop, il s’impose vite comme un précurseur. C’est en 1996 qu’il commence à être reconnu à l’international avec les sorties d’Audio 07 et Audio 11. En 2000, il décide de créer son propre label CLR. Depuis août 2000, vous pouvez entendre Chris et Pauli Steinbach dans leur "Pitch control" sur HR XXL tous les jeudis soir.

 

 

Sa réputation n’est plus à faire et c’est avec un peu d’appréhension que nous allions danser au BT ressuscité.
Chris Liebing est sous les feu des projecteurs, comme beaucoup de DJ techno ces derniers temps. Du fait de sa notoriété nous craignions une saturation du dance floor, nous avions "peur" du coté "mainstream" de cette soirée. Mais bien au contraire, le BT se remplit peu à peu, l’ambiance y est conviviale, il est facile de se déplacer et l’espace ne manque pas pour danser. Sous les coups de 2h00 le maestro fait son entrée, la techno est léchée, le set est construit, les kicks sont présents. Mr Liebing nous fait voyager, la musique est sombre et profonde.

Malgré un dancefloor encore clairsemé, loin d’être peuplé "d’enfants de la techno" en mal de soirée, le public du BT est hétérogène (on notera cette personne, torse nu). Le set est précis, droit, rien n’est laissé de coté. Seul bémol: le côté mécanique/robotique de son set hyper rodé, Chris est une machine et laisse peu de place à l’improvisation.

 

 

Malgré une notoriété qui n’est plus a créer, Chris Liebing lance des regards complices et c’est avec son sourire en coin qu’il tient la foule en haleine. Il est apparu particulièrement jovial et immergé dans la musique. Le son était pur, mêlant classiques et tracks confidentielles comme on les aime. Cependant, le live manquait de puissance, peut être le système son du BT est-il a amélioré.

L’allemand était bien là où nous l’attendions, cela manquait peut-être un peu de surprises mais il a fait son travail, nous avons dansé jusqu’a 6h00.

PS: Quelqu’un aurait-t-il retrouvé notre copain Coff Coff disparu dans la joviale nostalgie de l’aurore humide?

Ecrit par Octave Dubois

Publié par Coline Poidevin le 06/11/2016 à 0h00

+ START HIT L'APPLICATION

+ VIDEO KILLED THE RADIO STAR